VIVONS L’ÉNERGIE
AUTREMENT
LE BLOG

Carrosserie : comment réduire sa consommation d’énergie sans perdre en efficacité ?

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Cabines de peinture, chauffage, lavage des véhicules… Les postes de consommation d’énergie en carrosserie sont nombreux et peuvent être une source de dépenses importantes s’ils ne sont pas optimisés. En effet, la part du poste énergie représente environ 1000€ HT/an/personne productive soit 0,5% du chiffre d’affaires. À la lumière de ce constat, comment réduire sa facture d’énergie sans perdre en efficacité ? Focus sur les bonnes pratiques à mettre en place pour maîtriser la consommation d’énergie en carrosserie.

Détecter les pôles les plus énergivores en carrosserie

Comme dans toute entreprise ou commerce, la carrosserie utilise différentes sources d’énergies pour l’alimentation des locaux et des équipements. L’énergie présente en majorité chez les carrossiers est le gaz, utilisé à 56% pour les cabines de peinture et le chauffage. L’électricité vient ensuite, avec un usage à 35% et destiné aux équipements électriques et à l’éclairage. Le fioul est également une énergie que l’on retrouve en carrosserie mais utilisé dans une moindre mesure, à 9% environ, pour le chauffage et les cabines lorsque ces derniers ne peuvent pas être alimentés en gaz.

Avec près de 55 000 kWh/an en moyenne, la cabine de peinture est le poste énergie le plus consommateur chez les carrossiers. L’application et le séchage de peinture, effectués en cabines, représentent en effet près de 75% de la consommation d’énergie, d’où l’utilisation importante de gaz chez la majorité des carrossiers. Il existe aujourd’hui des solutions pour optimiser sa consommation lors du procédé d’application et de séchage de la peinture. L’une d’entre elles consiste à s’équiper de matériels adaptés permettant de maîtriser sa consommation énergétique, autant sur la partie séchage et chauffage de l’air que sur l’éclairage et l’alimentation électrique.

carrosserie

Pour une meilleure performance énergétique en carrosserie, s’équiper des bons matériels

Pour une carrosserie alimentée en partie au fioul, la première démarche pour faire des économies d’énergie est de changer le brûleur fioul par un brûleur gaz. Cette opération s’élevant à 6000€ environ, sera rentabilisée dans l’année grâce aux économies d’énergie qu’elle permettra de réaliser. De plus, le fioul étant plus polluant que le gaz, cela permet d’investir dans des équipements plus respectueux pour l’environnement.

La cabine de peinture est le pôle le plus énergivore en carrosserie. Plusieurs solutions existent pour optimiser sa consommation :

Tout d’abord, il est possible de recycler l’air chaud issu de la cabine en s’équipant d’un échangeur thermique. Ce système permet de réaliser jusqu’à 75% d’économies d’énergie. Il n’est toutefois avantageux que si l’utilisation de la cabine de peinture est importante et que les températures extérieures sont basses car il peut engendrer une surconsommation électrique d’environ 40%.

S’équiper de matériels permettant la diminution du temps de séchage est un autre investissement intéressant. En effet, le temps de séchage peut être réduit à 10 voire 6 minutes (au lieu de 30 minutes en moyenne) en utilisant des sécheurs infrarouges ou ultraviolets.

  • Les sécheurs infrarouges, disposés sur un bras articulé, évitent de faire fonctionner toute la cabine. Leur coût est relativement élevé (de 20 000€ à 60 000€) mais ils permettent de réaliser jusqu’à 55% d’économies d’énergie.
  • Les sécheurs ultraviolets quant à eux sont efficaces pour les petites réparations. Ils permettent de réaliser jusqu’à 30% d’économies d’énergie en utilisant la cabine lors de l’application et le séchage, et jusqu’à 50% d’économies d’énergie en cycle de séchage uniquement.

Des systèmes vous permettront également de réduire le temps d’application et de séchage et de gagner ainsi en productivité. Certaines cabines en effet activent le mode recyclage lors des pauses effectuées en phase d’application de peinture ou augmentent la température pendant la phase de séchage.

carrosserie

Pour réduire la consommation électrique des cabines de peinture il est enfin possible d’opter pour une cabine ne possédant qu’un seul ventilateur. Pour les cabines de peinture ventilées ou les zones de préparation, préférez des ventilateurs à réaction qui permettent de réaliser jusqu’à 25% d’économies d’énergie. En vous équipant également d’une horloge de programme, vous pourrez arrêter la ventilation lorsqu’elle n’est pas utilisée.

Les bonnes pratiques en carrosserie

Pour réaliser des économies d’énergie en carrosserie, plusieurs bonnes pratiques sont à suivre :

  • Éteindre les lumières lorsque les locaux sont inoccupés ;
  • Baisser le chauffage et la VMC les nuits et les weekends
  • Améliorer l’isolation de la cabine permet également de diminuer la consommation énergétique
  • Vérifier régulièrement le rendement des brûleurs
  • Éviter de ventiler l’air extérieur lorsque personne n’est présent dans la cabine afin de pratiquer la re-circulation du débit d’air et de ne pas évacuer la chaleur de l’atelier
  • Choisir un éclairage LED et s’assurer qu’il résiste aux changements de températures dans la cabine
  • Équiper la cabine de peinture d’un système de gestion de la luminosité et de détecteur de présence
  • Isoler thermiquement le bâtiment pour limiter les déperditions énergétiques

 

Réduire sa facture d’énergie en carrosserie sans perdre en efficacité demande de l’organisation et un certain investissement. Mais vous pourrez très vite le rentabiliser grâce aux économies d’énergie obtenues. Pensez également à en parler à votre fournisseur d’énergie pour choisir un contrat plus avantageux ou adapter la puissance souscrite à la consommation réelle de votre entreprise.

 

Sources :
– étude ADEME 2013 en partenariat avec le CNPA
– energie-artisanat.com
– CNIDEP 

Partager

Comments are closed.